MORGES #REGARDE TA VILLE

MORGES LA COQUETTE


On a retrouvé à Morges des traces de civilisations datant de l'âge du bronze (soit environ 3000 ans av. J.-C.). Quatre villages se sont succédé dans le temps à cet endroit. Tout d'abord les Stations de Morges, soit la Poudrière et l'Église, ces deux sites datant de l'âge de la pierre polie. Viennent ensuite les sites des Roseaux, et de la Grande Cité, pendant l'Âge du bronze. En 1854 aura d'ailleurs lieu la première exploration archéologique subaquatique de l'histoire, dans le but d'étudier le peuplement protohistorique de la région

 

La fondation de Morges s'inscrit dans le cadre de la rivalité opposant les deux frères Amédée et Louis de Savoie, qui tous deux convoitent la succession de leur oncle, le vieux comte Philippe de Savoie. Si la couronne comtale échoit en 1285 à l'aîné, qui prend le nom d'Amédée V, le cadet, Louis, prend le titre de sire de Vaud, régnant sur une seigneurie importante comprise entre les rivières de l'Aubonne et de la Veveyse, que les historiens modernes ont appelée la baronnie de Vaud. Louis de Savoie fonde le château et la ville de Morges vers 1286 sur un site où s'élevait précédemment une potence. La cité grandit aux dépens de la seigneurie de Vufflens, de l'évêque de Lausanne et du prieuré de Romainmôtier, qui perdirent tous trois leurs droits sur le territoire où s'élevait la cité naissante. Celle-ci se développa rapidement et devint un centre administratif et commercial ainsi qu'un point de transit important pour le transport terrestre, mais également lacustre, de par sa position centrale et son port protégé. Louis de Savoie avait édifié un château fort pour protéger la ville, qu'il avait également ceinte d'une muraille de plusieurs mètres de hauteur. On peut aujourd'hui encore observer des vestiges de ce mur dans les maisons les plus anciennes de la ville, comme la maison Blanchenay.

 

La cité et son château furent pillés deux fois, en 1475 et en 1530. Après la conquête du pays de Vaud par Berne en 1536, Morges devint le siège d'un bailliage. Le château se trouvait alors dans des conditions déplorables et les autorités bernoises, nouveaux propriétaires, procédèrent à des travaux très importants. En 1536, pour la punir de son manque d'empressement à se rallier à la cause bernoise, la ville est obligée de démolir ses deux portes de villes, mais les reconstruit aussitôt. Pendant l'époque moderne, Morges fut très prospère. Un grand nombre de bâtiments privés et civils furent construits. Notamment le grenier bernois, en 1692. La ville possède une école latine dès la deuxième moitié du XVe siècle. En 1574, le collège de Couvaloup, inspiré des académies de Genève, Lausanne et Berne, est établi selon les plans d'un architecte genevois. Le nouveau temple, qui fut élevé entre 1769 et 1776, sur le modèle baroque reste encore aujourd'hui l'une des pièces maîtresses de l'architecture protestante en Suisse. Dès la fin du XVIIIe siècle, on commença à bâtir hors des murs de la ville un certain nombre de maisons de campagne, et de nouveaux quartiers virent le jour, principalement le long des routes qui menaient à Genève et à Lausanne

 

C'est au milieu du XIXe siècle que Morges commence réellement à s'étendre, notamment avec la construction de la gare résultant de mise en service, en 1855, de la première ligne ferroviaire du canton reliant Morges à Yverdon, et trois ans plus tard avec l'inauguration du tronçon Lausanne-Genève. Dès lors, la ville se développe d'abord au sud, puis au nord de la gare, prenant la place des vignes qui occupaient auparavant la zone. En 1895, la ligne Bière-Apples-Morges fut terminée. D'importance modeste, cette dernière permit à la zone d'influence morgienne de s'étendre vers le nord

 

 

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, la cité a connu une croissance économique et démographique importante, grâce au port que complétait un atelier de construction navale pour bateaux à vapeur. Le château devint arsenal cantonal en 1803 et fut agrandi, en 1836. Endommagé dans une explosion, en 1871, il fut reconstruit et abrite le Musée militaire vaudois depuis 1925. Une église catholique fut construite en 1844. En 1922 l'école d'agriculture et de viticulture fut fondée sur le site de Marcelin.

À la fin du XIXe siècle, la ville a besoin d'un coup de neuf. Les autorités communales, soutenues par la riche bourgeoisie morgienne en mal de divertissements, décident alors de construire un casino, inauguré en grande pompe le 23 février 1900. Pris d'un engouement nouveau, certains appelaient déjà la ville Morges-les-Bains, ou encore Morges-Casino. Cet établissement de plaisance fut la première grande infrastructure à être orientée vers le lac. Un grand nombre d'artistes se produisirent dans la salle de théâtre du bâtiment dans laquelle s'enchaînaient lutteurs, chanteurs et comédiens. Au milieu du XXe siècle, l'ensemble passe en mains privées. Petit-à-petit, le casino et son théâtre perdent de leur lustre, notamment à cause de la construction du complexe de Beausobre, et de son théâtre. Les affaires de drogues et les problèmes d'ordre sanitaire font leur apparition et le casino est fermé, au début des années 1990. Après plusieurs années de dégradation, le bâtiment est entièrement rénové et rouvre ses portes, en 2000. Il faut attendre 2010 pour que la scène s'anime elle aussi de nouveaux visages.

La construction, en 1964, de l'autoroute A1, première autoroute de Suisse, a marqué une étape importante dans le développement de Morges. Cette autoroute, destinée à faciliter l'accès à l'exposition nationale de 1964, fut construite de telle façon qu'elle coupe désormais la ville en deux.

Un grand nombre d'acteurs se sont succédé dans l'économie morgienne : une usine à gaz (entre 1867 et 1932), la compagnie de transport Friderici AG, l'usine à biscuit Oulevay (1899-1992), la Société industrielle de Morges - Établissements SIM (1907-1979), spécialiste des constructions métalliques, la fonderie Neeser AG et l'usine à pâtes Gala. Entre 1900 et 1940, la ville s'étendit plus loin et de nouveaux quartiers riverains apparurent, notamment au-dessus de la gare. Le premier plan d'aménagement, en 1934, fut suivi par deux autres, respectivement en 1957 et 1970. Depuis 2007, la municipalité a rejoint le Projet d'agglomération Lausanne-Morges, qui prévoit, entre autres, de créer 30 000 emplois dans l'agglomération lausannoise d'ici à 2020

 

Rachele Andrioli & Rocco Nigro

Cie Le Loup qui Zozote

Maria Mazzotta & Shadi Fathi

Trio Flamenco «Azul»

Cie Stella Rossa

Hindol Deb

Le Sirop D’La Rue

Paul Grant

Trio Djaza

Sous les Étoiles...

Criollando

Danse Kathak de l’Inde du Nord

15 ÈME FESTIVAL POUSSIÈRE DU MONDE

CIRCUS KNIE

En 2019 le Cirque National Suisse fêtera ses 100 ans sous sa forme actuelle

Circus Knie 2018 Lausanne

Une édition 2018 pleine de surprises.

Circus Knie 2018 Lausanne
Circus Knie 2018 Lausanne

Acrobatie avec l'Anglaise Laura Miller qui vole sur son cerceau entre air et eau, contorsionniste ou jonglage, le fameux "FORMIDABLE!" en vogue n'est pas un vain mot.

Circus Knie 2018 Lausanne Laura Miller
Circus Knie 2018 Lausanne Laura Miller

La force du cirque reste ses grands classiques.

Crédit photos Gennaro Scotti

Circus Knie 2018 Lausanne
Circus Knie 2018 Lausanne

Circus Knie 2018 Lausanne
Circus Knie 2018 Lausanne
Circus Knie 2018 Lausanne

"Marie-Thérèse Porchet ? Mais non ! Marie-Thérèse Poppins !"

Circus Knie 2018 Lausanne

COUPS DE COEUR CHARLES CROS

COUPS DE COEUR CHARLES CROS

 Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti

Fondée au lendemain de la guerre en 1947, l'Académie Charles Cros défend la diversité musicale, veille à la préservation de la mémoire sonore, soutient la création, le développement de carrière des artistes, l'esprit d'entreprise et le courage des éditeurs graphiques et photographiques.

L'académie Charles Cros, c'est aujourd'hui: Un collectif d'une centaine de spécialistes sociétaires (élus) et d'experts associés, français et étrangers, qui apportent bénévolement leur concours aux missions que s'est assignée l'Académie Charles Cros.

Dimoné Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti
Buridane Gael Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti
Gael Faure Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti
Bonbon Vodou Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti
Camille Hardouin Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti
Ignatus Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti
Mathias Bressan Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti
Danny Buckton Trio Festival Voix de Fête Le Chat Noir Accadémie Charles Cros Carouge Concert Chanson Française Photo Gennaro Scotti

Remise le 25 mars 2018 au Chat Noir de Carouge dans le cadre du Festival Voix de Fête

Ce palmarès est dédié à Barbara Weldens, artiste de talent, récompensée d'un Grand prix en 2016, tragiquement disparue sur scène le 19 juillet 2017.

Crédit Photos 

Gennaro Scotti

UN ITALIEN A PARIS

UN ITALIEN A PARIS

 

Genève, le 21 mars 2018 20h00, Salle de l'Alhambra.

 

En entrant dans cette salle, on y respire comme un air de Paris. Les projections sur l'arrière-scène nous confirment ce sentiment.

 

Au milieu de la scène, un micro et un haut de forme, le rappel à Yves Montant est immédiat.


 

Les spectateurs arrivent. Par ci, par là, des voix à la consonance italienne viennent chatouiller nos oreilles. Des italiens qui viennent écouter un italien qui vient nous parler d'un autre italien à Paris.

 

Gennaro Cannavacciuolo nous raconte Ivo Livi alias Yves Montant.

 

 


 

Proche de son public,

Gennaro Cannavacciuolo

a su nous transporter avec son accent italien si charmant. Petit à petit, il entre dans ce personnage, Yves Montant, né le 13 octobre 1921 à Monsummano Terme.

 

Le charme italien a envahi la salle de l'Alhambra.

De récitals en chansons, Gennaro Cannavacciuolo nous a fait traverser les années et a mis en lumière, par sa sensibilité, la vie de cet italien à Paris.


Crédit Photos

 Gennaro SCOTTI

Olivia Ruiz Les Docks Lausanne

LABEL SUISSE 2016 BASTIAN BAKER

LABEL SUISSE 2016 ELVETT

ANGEL HAZE

50ème MONTREUX JAZZ FESTIVAL

50ème édition du Montreux Jazz Festival se terminer aujourd'hui. Créé en 1967 par Claude Nobs, René Langel et Géo Voumard, le Montreux Jazz Festival, en 50 ans, le Festival est devenu un rendez-vous singulier dans le monde de la musique.

Présence Suisse, le Festival Images, et le Béjart Ballet Lausanne s'y sont associé pour l'occasion. Le 10 juillet à été consacré à des artistes brésiliens et africains (João Bosco, Vanessa da Mata, Ana Carolina, Asa ou encore Angélique Kidjo...).

 

Du jazz, mais pas seulement, le Montreux Jazz Festival, est aussi un rendez où de nombreux autres genres musicaux s'invitent

 

Le Festival a accueilli dans son cadre idyllique des artistes d’envergure légendaire. Certains, comme Prince ou Deep Purple ont contribué à écrire la légende des lieux dans leurs chansons quand d’autres, tels David Bowie, Nina Simone ou Freddie Mercury sont venus vivre dans la région ou y enregistrer des albums.

 

Cette édition a été d’abord l’occasion pour le Festival de raconter son histoire, d’affirmer ses valeurs et ses spécificités, afin de mieux se projeter dans l’avenir.

Passé

«Freddy on t’aime»

 

Parmi les célébrités tombées en pâmoison à Montreux, Freddy Mercury est une de celles qui y a laissé un souvenir des plus prégnants : habitué du Palace local, le chanteur de Queen posséda aussi une maison et un studio d’enregistrement, le Mountain Studio, où vinrent AC/DC, les Rolling Stones et Bryan Ferry. Un quart de siècle après sa mort, le culte perdure, modulable en étapes selon le degré d’addiction à Bohemian Rhapsody ou We Will Rock You : face au lac, une grande statue en bronze très show off (elle reprend la pose prise en ouverture du concert de Wembley en 1986) quoique modestement honorée le jour de la visite (deux fleurs fanées, deux bougies éteintes), une forêt inextricable de graffitis («Freddy on t’aime», «Tu nous manques») sur la porte et le mur de béton de l’ancien studio et même, à l’intérieur du casino, un musée Queen où l’on en a pour son argent - d’autant que l’entrée est gratos : instruments, costumes de scènes, objets promotionnels, picture discs, documents audio et vidéo, manuscrits, réplique de table de mixage…

 

Les vignes de Prince

 

«Take me to the vineyards of Lavaux/Wanna see the mountains where the waters flow…» («Emmène-moi dans les vignes de Lavaux/Je veux voir les montagnes où coulent les eaux…») Certes, Lavaux n’est pas exactement la plus grande réussite de Prince. Mais on se rengorge localement d’une chanson publiée en 2010 par l’illustre gnome, en l’honneur du petit périmètre viticole (huit AOC) qui surplombe le lac. Vignobles en terrasses, villages croquignolets, il n’en fallait finalement pas plus pour que la diva facétieuse se laissât amadouer par Montreux, où elle joua trois fois. Série terminée.

Présent

 

 

Pour cette édition anniversaire, qui compte une soirée supplémentaire le 30 juin, le budget du festival est de 28 millions de francs, soit dans la même fourchette que l'an dernier ( 1 million). «On est dans un esprit de continuité. On veut s'appuyer sur le patrimoine pour regarder vers le futur. Construire l'avenir», explique le directeur.

A la tête de la manifestation depuis 2013, Mathieu Jaton reconnaît que cela lui «manque parfois un peu d'être un spectateur qui vient et fait des découvertes», mais cela n'affecte en rien son envie de continuer à son poste. «Je fais un métier de rêve alors oui je me vois l'exercer encore un moment. A fond!».

 

Une évolution pensée en amont

 

Les deux arbres, qui mesuraient respectivement 44 m et 46 m avec un diamètre de 2,30 m, ont été abattus fin mai. Pour que la scène extérieure appelée Music in the Park puisse prendre ses aises? «Le festival n’a rien à voir là-dedans», assure Mathieu Jaton, directeur du festival. Même si un projet de transformation de ce haut lieu du Off avait été lancé pour la 50e édition. C’est la Municipalité de Montreux qui a pris la décision. Les peupliers canadiens menaçant de s’écrouler. Le festival s’est adapté. Et, même si c’est malheureux d’apprendre la mort de deux centenaires, on doit reconnaître que, désormais, le nouveau Music in the Park a belle allure, avec son nouveau bar et ses dizaines de petites lumières. «Les magazines japonais et chinois illustraient toujours le Jazz avec des photos prises depuis le talus avec le lac en fond, explique Mathieu Jaton. On parle de Montreux et d’excellence, mais ce qu’on voyait, c’était des tentes et des roulottes à bière. J’avais envie qu’on mette en avant ce lieu symbolique.» Le festival a alors mandaté les architectes du Bureau A, qui avaient déjà fait la refonte des quais. Leur idée? Installer une structure circulaire pour transformer le lieu en cirque au toit étoilé aux airs rétros américain. Un grand bar qui rappelle les caravanes Airstream a été installé sur le côté ouest du parc, permettant de dégager la vue sur le lac.

Avenir

 

 

A l’automne naîtra une boîte à souvenirs inédite. Fruit des travaux de l’EPFL + ECAL Lab, du Metamedia Center et du laboratoire ALICE, le Montreux Jazz Heritage Lab2 proposera une véritable immersion dans les milliers d’heures d’enregistrements du célèbre festival. «L’expérience du concert original, c’est l’ambiance générée par plusieurs milliers de personnes, une atmosphère particulière, et ça, on ne peut pas le recréer, pose Nicolas Henchoz, responsable du projet pour l’EPFL + ECAL Lab. Il faut donc créer une autre expérience complémentaire, pas simplement appuyer sur le bouton Replay.»

Concrètement, l’installation pourra accueillir une vingtaine de personnes face à un écran spécialement conçu pour donner vie aux vidéos. Sur les côtés, des parois composées de miroirs, mais aussi de LED, permettront le reflet des images et le défilement d’informations. Le dispositif sera proposé au public à partir du mois de novembre au sein du Montreux Jazz Café, sur la place Cosandey de l’EPFL.

«Une expérience spatiale et sociale qui donnera à l’utilisateur l’impression de faire partie du spectacle»

«Il s’agit d’une expérience spatiale et sociale qui donnera à l’utilisateur l’impression de faire partie du spectacle», annonce Nicolas Henchoz. Les visiteurs pourront ainsi piocher dans l’incroyable collection d’archives du festival, tout simplement la première bibliothèque audiovisuelle à être inscrite au registre Mémoire du monde de l’Unesco. Plusieurs milliers d’heures d’enregistrements, dont la numérisation et la restauration viennent de s’achever après huit années de travaux. Ce sont ainsi 44 000 morceaux qui seront mis à disposition via un écran tactile et son système intuitif.

Acoustique différenciée

Au sein du Lab2, l’accent a également – et évidemment – été mis sur le son, orchestré en 3D et diffusé par 32 haut-parleurs. L’acoustique des différentes salles du festival a été recréée, toujours dans le but de plonger le spectateur au cœur de l’action. Le sol doit également être finalisé pour optimiser l’expérience.

«Claude Nobs a toujours eu l’objectif d’être à la pointe de la technologie, aussi bien audio que vidéo. Le festival enregistre par exemple en HD depuis 1991», souligne Alain Dufaux, directeur opérationnel du Metamedia Center. Une qualité qui profite aujourd’hui à ceux qui veulent rembobiner l’histoire de l’événement.

Plus qu’un aboutissement, ce Lab2 reste pensé comme une plate-forme évolutive. Le dispositif ainsi que son utilisation bougeront à l’avenir, préviennent déjà les responsables. A noter que cette seconde mouture constitue déjà le prolongement d’une première installation, moins poussée mais tout de même primée au Prix du design suisse, en 2013.

 

 

Photos : Gennaro SCOTTI

 

Sourcés écrites : Radio Monaco / Le Figaro / France Inter / Tribune de Genève / 24 Heures / Le Matin

LOLA MARSH Montreux Jazz

JOHNNY HALLYDAY